« Les jeunes chevaux sont l’avenir du sport » Milena Pappas, fondatrice et dirigeante de PremiuMares.

Cette année, toutes les épreuves Jeunes Chevaux de GRANDPRIX CLASSIC Spring Break, GRANDPRIX CLASSIC Summer Tour et du LONGINES DEAUVILLE CLASSIC seront support des challenges PremiuMares. Les meilleurs 6 ans et 7 ans seront récompensés et permettront à leurs cavaliers respectifs de gagner un voyage en Grèce. Alors que GRANDPRIX CLASSIC Summer Tour vient tout juste de reprendre avec des épreuves Jeunes Chevaux hier, nous avons rencontré pour cette occasion Milena Pappas, fondatrice et dirigeante de PremiuMares.

 

Pour vous, PremiuMares, c’est quoi ?

PremiuMares est un élevage d’élite. Fondé il y a 4 ans, PremiuMares, comme son nom l’indique, se dévoue à l’élevage de chevaux de saut d’obstacles d’excellence. Aujourd’hui, le saut d’obstacles a beaucoup évolué et les standards se sont élevés. Les compétitions demandent des chevaux de très haute qualité, que ce soit physiquement ou mentalement, et cela à tous les niveaux. Pour être en mesure de s’aligner aux exigences du sport d’aujourd’hui, PremiuMaressélectionne méticuleusement des juments aux excellentes origines avec de très bons gênes ; des juments qui ont déjà fait leurs preuves en compétition et qui puissent, combinées avec des étalons du plus haut rang, nous assurer les meilleures chances d’obtenir des chevaux d’obstacles avec d’exceptionnelles qualités. PremiuMares est née d’une passion pour la qualité,et c’est ce que nous nous efforçons de produire et de donner à nos clients.

 

Qu’est ce qui a donné naissance à votre dévouement pour les Jeunes Chevaux ?

Notre passion pour le sport et pour l’animal est holistique chez PremiuMares. Nous aimons voir les chevaux évoluer – avant même qu’ils soient une idée : nous imagions les croisements possibles, nous préparons leur naissance, la mise-bas, et nous les voyons ensuite évoluer au plus haut niveau et révéler leur plein potentiel pour l’obstacle. Les premières années d’un poulain déterminent aussi beaucoup son caractère, son physique et sa force. De bonnes bases permettent d’assurer une carrière sportive plus longue. Une bonne façon de s’en assurer cela est donc de la faire soi-même !C’est fascinant de voir les jeunes chevaux évoluer, grandir et
enfin atteindre leur plein potentiel. Ce n’est pas facile, et il est souvent risqué de se lancer dans l’élevage et la formation de jeunes chevaux. Mais la satisfaction de les voir réussir est une vraie récompense et rend tout cela vraiment intéressant.

 

Quelle est la qualité que vous recherchez en premier lieux chez un Jeune Cheval ?

Chez un jeune cheval, les choses les plus importantes sont le caractère et l’intelligence, ainsi que la santé. Une bonne santé assure une longue carrière. Le caractère donne de la bravoure, et nous en avons de plus en plus besoin lorsque les chevaux voyagent à travers le monde et les différents terrains de concours. Et l’intelligence est la clé pour gagner une compétition ! Cavalier et cheval sont une équipe, chacun s’appuyant
l’un sur l’autre, et les qualités et défauts de l’un doivent être compensés par les qualités et défauts de l’autre.

 

Comment fait-on pour mettre en place un élevage de cette qualité ?

 Nous avons commencé doucement et prudemment. Nous cherchions des juments au pédigrée suprême and d’autres avec excellente carrière sportive. Il semble que les juments transmettent nombre de leurs traits au poulain, alors avec une combinaison correcte avec un étalon de sport vous mettez toutes les chances de votre côté pour avoir une descendance de qualité. C’est de la génétique après tout alors tout ce que l’on peut faire c’est améliorer nos chances et keur donner le meilleur environnement possible à ce sujet.

 

Un bon exemple de notre programme d’élevage c’est notre jument Itousche, une poulinière par Kashmir x Clinton qui s’est blessée durant sa carrière avant d’être acquise par PremiuMares. Elle est la petite fille du partenaire Olympique de 2012 de Reed Kessler, Cyclana. Itousche est aussi sœur de trois chevaux concourant régulièrement au niveau 4*. Gigi van het Daalhof, monté par Abdel Said; Hoepala Vh Daalhofqui courre aux couleurs de Stephex et l’étalon approuvé, Jugano van deVosberg, monté par Belgium’s Maartje Verberckmoes.

Le dernier point important n’est pas des moindres. Trouver les bons partenaires pour l’éducation des poulains c’est la clé. Les bonnes personnes qui s’associent quotidiennement avec les jeunes chevaux, font toute la différence. Les poulains et les jeunes chevaux ont besoin de patience et de temps. Ce n’est pas un travail facile et perdre la foi peut être facile, donc avoir le soutien de personnes bien informées et dignes de confiance, c’est l’histoire d’une réussite ultime.

 

Comment est né le désire de créer ce challenge ?

Avec GRANDPRIX, nous avons eu l’idée de faire cette série de compétitions pour les jeunes chevaux. Tout le monde se concentre généralement sur les GrandPrix. Mais les jeunes chevaux sont l’avenir du sport. Ilssont les futurs chevaux de Grand Prix, ils nous montrent vers où le saut d’obstacles se dirige et à quoi le sport ressemblera à l’avenir. Cela met aussi en avant l’élevage. Tout le monde regarde quel étalon produit bien, quel éleveur a un’bon œil’ pour produire de futurs champions. Et après tout,l’élevage est notre passion !

 

Vous sentez-vous plus cavalière ou éleveuse ?

Je me considère un peu au milieu. Mon activité principale est l’import-export,
mais ma passion, c’est les chevaux. Il est plus difficile de s’entraîner et faire des concours en vivant en Grèce. Donc, l’élevage est un bon moyen d’être impliquée avec les chevaux tous les jours !J’ai consacré ma passionà la construction de cette entreprise. Beaucoup de gens font de l’élevage, et nous nous différencions grâce au temps passé, à l’énergie dépensée et à toutes les ressources que nous employons pour obtenir le meilleur.
Être moi-même cavalière me permet de connaître les exigences du sport, et
comment celui-ci évolue. Cela m’aide à rester concentrée sur ce que nous avons comme but : donner aux clients un cheval que je voudrais pour moi-même, facile, rapide, généreux, fort et en bonne santé !

 

Quel est votre objectif pour les années à venir ? 

Notre objectif dans les années à venir serait de maintenir l’exigence de nos standards. La qualité est l’essence même de PremiuMares, et non la quantité. Notre but n’est pas de nous développer à plus de 70 chevaux, car nous voulons donner à chaque cheval une attention particulière et du temps. C’est ce qui fait notre différence. Nous voulons voir nos poulains évoluer, apprendre d’eux et nous adapter continuellement aux besoins du sport, afin de devenir l’un des meilleurs élevages.

 

Pour plus d’informations sur PremiuMares rendez-vous sur GRANDPRIX-CLASSIC.com

 

Suivez les actualités du challenge sur Facebooket Instagram

photocredits: Photobit.net

J.C.Markun

photocredits: Jessica Rodrigues / JumpFax